Budget : Bruno Le Maire veut concerter avant de supprimer des exceptions anti-écologiques

0

Un amendement de la majorité visait à faire disparaître d’ici 2029 les avantages fiscaux défavorables à l’écologie. Le ministre de l’Economie a obtenu son retrait, plaidant pour « du dialogue et de l’accompagnement ».

Face à une demande des députés d’ouvrir le débat sur les dépenses fiscales défavorables à l’environnement, le ministre de l’Economie a pris mardi soir l’engagement de « discussions approfondies » avec les secteurs d’activité concernés, mais refusé toute date de suppression de ces dépenses. « Le bornage, ce n’est pas la solution. Une réforme réussie suppose du dialogue et de l’accompagnement », a assuré Bruno Le Maire devant l’Assemblée, lors de l’examen du projet de budget de l’Etat pour 2020.

Dans une démarche de « verdissement » du budget, la commission des Finances avait la semaine dernière adopté un amendement de la coordinatrice LREM Bénédicte Peyrol prévoyant de faire disparaître à l’horizon 2029 le remboursement partiel de la TICPE (taxe sur les carburants) en faveur des agriculteurs, le taux réduit de TICPE utilisés pour les taxis, et encore des taux réduits de taxe pour les installations intensives en énergie. Dans l’hémicycle, Bénédicte Peyrol a indiqué avoir voulu lancer un simple « appel » pour que « le gouvernement puisse s’engager ».

L’opposition alerte sur le « contre-la-montre » pour l’environnement

Le ministre a soutenu que « notre cohérence, c’est la transition énergétique », mais l’activité de ces secteurs reposant sur les énergies fossiles, il faut d’abord « travailler » la question. Il a proposé que cela se fasse dans le cadre du « pacte productif » annoncé en avril par Emmanuel Macron, et a demandé avec succès le retrait de l’amendement. Les Républicains ont appuyé le ministre (ex-LR), et plaidé pour donner de la « visibilité » aux entreprises.

A l’inverse, Matthieu Orphelin (ex-LREM), proche de l’ex-ministre Nicolas Hulot, a défendu en vain un amendement pour fixer un horizon de disparition de ces exceptions anti-écologiques à 2025, afin d’envoyer un « signal » pas « trop loin ».
« Pourquoi être timide sur les objectifs alors que nous sommes dans un contre-la-montre » pour l’environnement, a aussi soutenu Ugo Bernalicis (LFI), soulignant que le gouvernement n’avait « pris autant de précautions sur les augmentations de taxes écologiques sur le carburant pour les Français », avant la crise des « gilets jaunes ».

mm

Rédacteur en chef du site lenouvelhebdo.fr spécialiste de l'économie, il est passionné par l'économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l'économie, la finance et la politique.

Comments are closed.