Feux en Amazonie : Paris bloque l’accord UE-Mercosur, Berlin estime que ce n’est « pas la réponse appropriée »

0

La décision d’Emmanuel Macron de s’opposer à l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur n’a pas du tout plu au gouvernement allemand.

Deux pays, deux méthodes. Vendredi, Emmanuel Macron a annoncé qu’il s’opposait à l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur, en représailles à la politique environnementale de Jair Bolsonaro, le président brésilien. Un peu plus tard, Berlin a estimé que ce blocage n’était « pas la réponse appropriée », a indiqué un porte-parole du gouvernement allemand.

Un blocage inutile

À la veille de l’ouverture du sommet du G7 à Biarritz (France), le président français a accusé son homologue brésilien Jair Bolsonaro d’avoir « menti » sur ses engagements en faveur de l’environnement et annoncé vendredi que dans ces conditions, la France s’opposait au traité de libre échange controversé UE-Mercosur. « L’échec de la conclusion de l’accord Mercosur ne contribuerait pas à réduire le défrichement de la forêt tropicale au Brésil », a réagi auprès de l’AFP le porte-parole allemand, soulignant que l’accord UE-Mercosur « contient un chapitre ambitieux sur le développement durable, avec des réglementations contraignantes sur la protection du climat ».

« Cet accord est un signal fort en faveur d’un commerce fondé sur des règles et contre le protectionnisme ». Il permet « un commerce mondial ouvert et équitable, avec des normes environnementales et sociales élevées, qui sont essentielles pour le gouvernement allemand », poursuit le porte-parole. La forêt amazonienne est « d’une importance capitale pour la protection du climat et la biodiversité », souligne-t-il. « L’ampleur des incendies est alarmante. Nous sommes prêts à appuyer le Brésil dans ses efforts pour surmonter rapidement cette grave crise. »

Le Brésil accuse Macron d’instrumentalisation

Dans le cadre de cet accord, Union européenne et Mercosur « sont convenus de mettre en oeuvre efficacement l’accord de Paris sur la protection du climat. Le gouvernement allemand s’y était engagé ». « Par conséquent, à notre avis, ne pas conclure cet accord n’est pas la réponse appropriée à ce qui se passe actuellement au Brésil », conclut-il.

Le président brésilien avait un peu plus tôt accusé son homologue français de vouloir « instrumentaliser » le sujet « pour des gains politiques personnels ». L’accord de libre échange entre l’UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), signé fin juin après 20 ans de tractations, est très critiqué, notamment par le secteur agricole ou les écologistes. La France avait conditionné sa validation de l’accord au respect par le Brésil de certains engagements environnementaux qui avaient été notamment discuté pendant le sommet d’Osaka (Japon) du G20, instance dont est membre le Brésil.

Comments are closed.