Finale de la Coupe Davis : la France, menée 2-0 par la Croatie, au bord du gouffre

0

L’équipe de France n’a plus le droit à l’erreur après la nette défaite de Jo-Wilfried Tsonga face à Marin Cilic en trois sets (3-6, 5-7, 4-6), vendredi au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq. Le Français s’est blessé en fin de partie et pourrait renoncer à jouer dimanche. 

Journée noire pour l’équipe de France. Les Français, menés 2-0 par la Croatie après la défaite de Jo-Wilfried Tsonga face à Marin Cilic, vendredi au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq, n’ont plus le droit à la moindre erreur en finale de la Coupe Davis. Le Manceau (259e mondial), impuissant, a logiquement subi la loi du 7e joueur mondial, en trois sets (3-6, 5-7, 6-4). Comme Jérémy Chardy, nettement battu lors du premier simple par Borna Coric (6-2, 7-5, 6-4), Tsonga est tombé sur plus fort que lui. Pire : il s’est blessé dans le troisième set et pourrait renoncer à s’aligner dimanche. Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut doivent impérativement remporter le double, samedi, pour laisser la France en vie dans cette finale très mal engagée.

Aucune balle de break convertie

Les 20.000 spectateurs présents vendredi au stade Pierre-Mauroy espéraient vivre de belles émotions pour cette dernière finale de Coupe Davis dans son format historique. Sauf que de match, il n’y a pas eu. Comme Jérémy Chardy, Jo-Wilfried Tsonga n’a jamais pu espérer créer l’exploit. Marin Cilic s’est montré injouable sur son service dans la première manche, y ajoutant une excellente qualité de retour pour breaker le Français et remporter logiquement le set (6-3).

Tsonga, qui ne rejoue que depuis quelques semaines après une longue absence sur blessure, a pourtant repris du poil de la bête. Il s’est même créé deux balles de break dans la deuxième manche, mais Cilic les a à chaque fois effacées avec calme et autorité. Et, comme un symbole, le Croate a pris l’ascendant au pire moment, avec un break à 5-5. Plus solide, présent sur tous les points importants, le vainqueur de l’US Open n’a plus lâché l’étreinte pour remporter le deuxième set (7-5). Tsonga, lui, pouvait regretter son incapacité à convertir ses balles de break (0/5 dans le match).

Tsonga touché aux adducteurs et en pleurs

Si le Français a eu quelques opportunités, il n’a jamais vraiment pu croire en une victoire. Dans le troisième set, il a craqué sur une double faute, offrant un nouveau break à Cilic (2-3). Dans la foulée, le physique de Tsonga, qui l’a si souvent trahi ces dernières années, le lâchait. Touché aux adducteurs, le Manceau a rejoint les vestiaires pour se faire soigner une dizaine de minutes. Revenu diminué sur le court, il n’a rien pu faire pour contrer Cilic, lancé vers la victoire (6-4 dans la troisième manche).

Pour Tsonga, qui pourrait ne pas jouer dimanche, le coup est rude. Abattu à la fin du match, il a fondu en larmes sur le banc, aux côtés d’un Yannick Noah désemparé. Une situation qui n’est pas sans rappeler la finale de la Coupe Davis 2014, face à la Suisse, quand Tsonga avait renoncé à s’aligner le samedi et le dimanche, là aussi sur blessure, avant de fondre en larmes lors de la Marseillaise. En tout cas, seul un miracle peut, désormais, sauver les Bleus. Pour y croire, il faudra déjà gagner le double, samedi.

Comments are closed.