Macron : l’État français sera « vigilant » sur « la stabilité » de Renault après l’arrestation de son PDG Carlos Ghosn

0

Alors que Carlos Ghosn, PDG de Renault, a été arrêté lundi au Japon pour des malversations financières, Emmanuel Macron a assuré que l’État français veillerait à la « stabilité » du constructeur et à l’avenir de son alliance avec Nissan.

En voyage en Belgique, Emmanuel Macron s’est exprimé sur une affaire sans aucun lien avec le Plat pays : l’arrestation du PDG de Renault, Carlos Ghosn, intervenue lundi au Japon. « L’État, en tant qu’actionnaire [de l’entreprise], sera extrêmement vigilant à la stabilité de l’alliance [avec Nissan] et au groupe pour l’ensemble des salariés », a déclaré le président, lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

Malversations

Carlos Ghosn, qui est l’un des plus grands patrons d’industrie au monde, a été arrêté à Tokyo après une enquête interne de Nissan, partenaire du groupe au sein d’une construction aux équilibres complexes, faites de participations croisées non majoritaires. Nissan a en effet découvert diverses malversations financières. Il « a pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel », a asséné la marque japonaise, selon les résultats d’une enquête menée sur la base du rapport d’un lanceur d’alerte. « En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles », ajoute le groupe, qui va proposer au conseil d’administration de « démettre [Carlos Ghosn] de son poste rapidement ».

Comments are closed.