Passe d’armes entre Carrefour et Casino sur un hypothétique rapprochement

0

Le ton est monté lundi entre les deux mastodontes français de la distribution Casino et Carrefour: le premier assurant avoir rejeté des sollicitations de «rapprochement» en provenance du second, qui a de son côté démenti des «insinuations inacceptables».

C’est en plein milieu de la nuit de dimanche à lundi que Casino a publié un communiqué, affirmant avoir été «sollicité» par son rival Carrefour «en vue d’une tentative de rapprochement».

Il indiquait avoir réuni dimanche son conseil d’administration qui, à l’unanimité, avait décidé «de ne pas donner suite à cette approche» et disait rester déterminé à «mener toutes les actions nécessaires pour défendre l’intérêt social et l’intégrité du groupe».

Trois heures plus tard, au petit matin, Carrefour démentait formellement avoir émis une telle proposition, disant «examiner les voies de droit à sa disposition à même de faire cesser ces insinuations inacceptables».

«Les difficultés auxquelles sont confrontées le groupe Casino et son actionnaire de contrôle ne peuvent justifier des communications intempestives, trompeuses, et dénuées de tout fondement», poursuivait Carrefour.

Cet affrontement via communiqués interposés affectait peu les titres à la Bourse de Paris. A 10H02 (08H02 GMT) Casino perdait 0,42% à 35,89 euros, tandis que Carrefour prenait 0,30% à 16,64 euros.

La passe d’armes entre les deux géants de la distribution intervient alors qu’ils traversent une période délicate, chacun ayant lancé de profondes réorganisations.

«Honnêtement, je trouve plutôt curieux ce jeu de poker menteur que se livrent ces deux groupes qui ont d’autres chats à fouetter en ce moment», a réagi lundi matin à l’AFP un expert de la distribution sous couvert de l’anonymat.

Pour lui, «on ne convoque pas un conseil d’administration sur la base de rumeurs donc, c’est qu’il y avait quelque chose de sérieux. Je ne vois pas l’intérêt d’inventer un truc comme ça, ni de la part de Carrefour qui n’a pas les moyens d’acquérir une telle cible, au capital complexe, ni de la part de Casino qui venait tout juste de rassurer les marchés sur son financement».-

«ballon d’essai ?»

Cet expert estime qu’«on en saura plus dans les prochaines heures», car les deux groupes vont sans doute devoir s’expliquer.

Pour Yves Marin, consultant au sein du cabinet Bartle, «il est possible qu’il s’agisse d’un ballon d’essai de Casino pour tester le marché. Mais s’il y a eu effectivement réunion extraordinaire du conseil d’administration, ce n’est pas rien».

«Cela montre bien que le secteur est fébrile, et est en cours de recomposition et reconcentration. Tout le monde discute avec tout le monde, les distributeurs discutent entre eux mais aussi avec Amazon ou Microsoft», ajoute-il.

Selon lui, Carrefour et Casino «sont tous les deux des groupes intégrés, cotés, avec un certain nombre de points commun facilitant les synergies entre eux. Ce sont aussi des groupes puissants, rodés à la communication financière, qui maîtrisent très bien la communication vis-à-vis des actionnaires et des analystes».

Début septembre, l’agence de notation Standard and Poor’s avait abaissé d’un cran la note de Casino à «BB» assortie d’une perspective négative, en raison de la forte dette du groupe, qui a cependant réaffirmé ses objectifs de profitabilité et de désendettement.

Casino, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 37,8 milliards d’euros, vise d’ici à fin 2018 une réduction de sa dette financière nette en France de l’ordre d’un milliard d’euros, «par autofinancement et grâce au produit des cessions d’actifs».

Au cours du premier semestre 2018, Casino a réduit sa perte nette à 67 millions d’euros et affiché un bénéfice (en données ajustées) de 48 millions.

Pour sa part, Carrefour, dont les ventes ont atteint l’année dernière 88,2 milliards d’euros, a enregistré une lourde perte au premier semestre, de 861 millions d’euros, conséquence des coûts de son plan de transformation annoncé en janvier par le PDG Alexandre Bompard, arrivé il y a un an à la tête du groupe.

Comments are closed.