PMA et nazisme : Wauquiez revient sur ses propos après un tollé

0

Dans un discours devant des militants du mouvement Sens commun dimanche, le président des Républicains Laurent Wauquiez avait évoqué l’ouverture de la PMA à toutes les femmes qui se profile en prévoyant qu’elle mènerait à « l’eugénisme », une pratique du régime nazi.

L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes »mènera nécessairement » à la gestation pour autrui, « la marchandisation des gamètes » et « l’eugénisme », avait estimé dimanche Laurent Wauquiez, en faisant une référence au régime nazi. Au lendemain de cette déclaration qui a provoqué un tollé, le patron de LR est revenu sur ses propos.

Des débats qui « ne sont pas les mêmes »

Laurent Wauquiez a admis que « les débats » sur la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) et l’eugénisme n’étaient « pas les mêmes » que ceux sur l’eugénisme tel que pratiqué par le régime nazi, tout en appelant à la vigilance.

« En rappelant l’horreur de l’eugénisme et du nazisme, j’ai voulu rappeler les leçons de l’Histoire. Nos débats contemporains ne sont évidemment pas les mêmes mais quand on parle d’éthique, il faut être très vigilant sur les chemins que nous ouvrons », a tweeté Laurent Wauquiez.

De la PMA… au nazisme

« Oui, c’est un engrenage. Et cet engrenage mènera nécessairement à la marchandisation des gamètes », avait affirmé dimanche le président des Républicains devant les troupes de Sens commun, le courant conservateur de LR. « Tout ceci a un nom, c’est l’eugénisme ; tout ceci a été fait par un régime, c’est le nazisme », avait poursuivi le leader de l’opposition de droite.

Il avait également considéré que « cet engrenage nous mènera inéluctablement à la gestation pour autrui [GPA], parce que tout le raisonnement intellectuel sur lequel il repose (y) mène évidemment ». « Et on considère que tout ceci est sans merci et n’a aucune conséquence ? », avait-t-il encore interrogé, en appelant à « défendre le mode naturel de reproduction, de filiation, de transmission ».

« Au-delà des souffrances, des demandes, des attentes de couple, il y a aussi ce que nous voulons pour l’avenir de notre pays », avait fait valoir Laurent Wauquiez, en estimant que « l’enfant n’est pas un droit, l’enfant, c’est un devoir ».

Un premier test sur le sujet pour Laurent Wauquiez

Le discours de Laurent Wauquiez avait valeur de test chez Sens commun qui revendique 9.000 sympathisants. Fer de lance de l’opposition au Mariage pour tous puis fidèle soutien de François Fillon durant la campagne présidentielle, le mouvement se veut désormais un aiguillon conservateur chez LR.

Comments are closed.