SNCF : stabilité syndicale après les élections professionnelles, la CGT reste en tête

0

À l’issue d’élections professionnelles internes, la CGT, qui avait mené la grève contre la réforme ferroviaire, reste le premier syndicat au sein de la SNCF, devant l’Unsa.

La répartition des forces syndicales est restée stable à la SNCF, à l’issue jeudi soir des élections professionnelles, la CGT restant en tête, avec une très légère érosion, lors du premier vote électronique organisé dans l’entreprise pour élire les nouveaux comités sociaux et économiques (CSE). Derrière les 34,02% de la CGT-Cheminots (-0,3 point par rapport au scrutin précédent en 2015), l’Unsa-ferroviaire conserve sa deuxième place, avec 23,96% (+0,1 point), devant SUD-Rail à 17,28% (+0,5 pt) et la CFDT-Cheminots à 14,30% (-0,9 pt), selon un communiqué de la SNCF.

Pour les négociations à venir, les équilibres restent les mêmes : le camp des contestataires, CGT et SUD, garde la majorité face aux progressistes Unsa et CFDT. Après ce classement inchangé des quatre syndicats représentatifs, FO reste à sa 5e place, mais perd 1,5 point, à 7,63%. La CFE-CGC, qui ne faisait pas cette année liste commune avec FO, mais avec deux syndicats de cadres maison, a obtenu 2,78% des voix.

« Pas de grand soir »

« Malheureusement, par rapport à ce que l’on espérait, pas de grand soir », a sobrement commenté Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots. « L’électorat cadre s’est un peu dispersé, notamment en se reportant sur la CFE-CGC », a-t-il estimé.

Un taux de participation en baisse

Le taux de participation a décru, glissant à 66,70%, soit une baisse de près de deux points par rapport aux 68,65% de 2015. La direction n’a donc pas atteint son « objectif » affiché d' »atteindre au moins » la même participation que lors du précédent scrutin. SUD-Rail a souligné que ce taux était « historiquement le plus bas pour des élections professionnelles à la SNCF ».

Par collège électoral, la participation a particulièrement reculé cette année chez les agents de l’exécution, à 60,35% (-3,7 points). Baisse également pour le collège maîtrise, à 70,63% (-2,7 pts). A l’inverse, la participation a augmenté à 75,26% pour l’encadrement (+2 pts).

31 CE vont disparaître

Cinq mois après l’adoption de la loi de réforme ferroviaire, qu’une longue grève unitaire de 36 jours sur trois mois n’avait pas réussi à bloquer au printemps, quelque 150.000 cheminots étaient appelés à élire leurs représentants dans les 33 CSE, qui remplaceront à partir du 1er janvier les anciennes instances de représentation du personnel. Disparaîtront ainsi 31 comités d’entreprise, 300 délégués du personnel et 600 comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Comments are closed.