SheIn, le géant de la fast fashion

6 mai 2023 | Business | 0 commentaires

Donner une note

Fondée en 2008 en Chine, SheIn est devenue l’une des enseignes les plus connues dans le monde de la fast fashion. Au fil des années, la marque a su conquérir de nouveaux marchés en se développant à l’international. Elle ne vend que sur internet, cible une clientèle jeune et s’inspire largement des tendances repérées sur les réseaux sociaux. En 2021, son chiffre d’affaires s’est envolé de 60 %, atteignant 16 milliards de dollars, propulsant ainsi la marque sur la deuxième marche du podium de la fast fashion, juste derrière H&M.

Une stratégie de localisation

Afin de poursuivre son développement, SheIn envisage de s’adapter en priorité aux réalités économiques et culturelles des pays où elle se développe. La marque est en train de mettre en place une stratégie de “localisation” en déployant des équipes dédiées dans ses différents marchés. L’objectif est de mieux comprendre les attentes des consommateurs locaux pour proposer des collections mieux adaptées. Même son de cloche pour l’expédition puisque la marque construit actuellement un entrepôt en Pologne pour améliorer le temps d’attente des clients européens.

Magasin Shein fast fashion

Une marque critiquée

Si SheIn jouit d’une popularité grandissante, elle est également sous le feu des critiques. En effet, la marque est accusée de favoriser la fast fashion, une industrie qui a un impact très négatif sur l’environnement. La marque commercialise des vêtements à des prix très compétitifs, ce qui soulève des interrogations sur les conditions de travail des fournisseurs et des ouvriers. De plus, la marque est régulièrement accusée de plagiat et de ne pas respecter les règles de la propriété intellectuelle.

  Tinder envisage une version haut de gamme à 500 dollars par mois

Une réponse argumentée

Pour répondre à ces critiques, SheIn adopte une stratégie de communication bien huilée. La marque affirme être une entreprise responsable, qui s’engage à réduire son impact environnemental et à offrir des conditions de travail décentes à ses fournisseurs. Elle se défend également en expliquant que ses coûts sont si bas qu’elle peut proposer des prix attractifs à ses clients tout en garantissant une marge significative. Enfin, concernant le plagiat, SheIn assure qu’elle retire les produits mis en cause en cas de plainte fondée.

Vers une prise de conscience globale ?

SheIn est-elle un cas isolé dans l’univers de la fast fashion ? Pas vraiment. De nombreuses marques ont été mises en cause pour leurs pratiques commerciales mais aussi pour leur impact écologique et social. Aujourd’hui, de plus en plus de consommateurs tirent la sonnette d’alarme et se tournent vers des marques de slow fashion. Ces dernières proposent des produits durables, respectueux de l’environnement et des ouvriers, même si leur prix est souvent plus élevé.

Articles similaires